Prédicat : Najat Valaud-Belkacem persiste et signe !

image

Le passage de Najat Valaud-Belkacem au ministère de l’Education nationale aura eu de quoi rendre sceptiques les enseignants et inquiets les parents d’élèves. Alors que les résultats scolaires des petits Français ne cessent de se dégrader, comme l’a montrée récemment l’enquête PISA, Najat Valaud-Belkacem persiste et signe. Loin de remettre en cause les méthodes d’apprentissage qui conduisent à cette situation, elle veut guérir le mal par le mal. Le pédagogisme est roi. Dernière trouvaille ; le prédicat censé simplifier l’apprentissage de la grammaire ! Tout cela formulé dans un vocabulaire jargonnant qui ne peut que dérouter les parents d’élèves. Derrière cette énième réforme se cache une nouvelle manière de concevoir la grammaire. Tout est négociable. Il existe désormais un degré d’acceptabilité des erreurs des élèves s’ils justifient d’une logique à leurs erreurs ! Toute forme d’exigence disparaît. Voilà comment masquer de mauvais résultats.

On pourrait en sourire s’il n’y avait pas derrière ces apprentis sorciers de l’éducation, l’avenir d’une génération avec comme premières victimes les plus fragiles et les plus modestes. L’école doit se libérer du carcan du pédagogisme, elle doit être un lieu de transmission des savoirs pour se concentrer sur les apprentissages fondamentaux – savoir lire, écrire, compter – qui font aujourd’hui défaut à 20% des élèves qui entrent en 6ème. L’école de demain devra retrouver la voie du bon sens.

Bruno Retailleau