NDDL : Occupation du pont de Cheviré par les zadistes

Photo Ouest-France

 

Après avoir pris en otage les riverains de Notre Dame des Landes, les zadistes prennent désormais en otage tous les automobilistes habituels du pont de Cheviré, qui est aussi un axe économique majeur pour notre région. Je demande à l’Etat de prendre toutes les mesures pour en finir avec cette occupation intolérable.

Car cette fois, ça suffit, l’exaspération est à son comble.

J’ai reçu hier à l’Hôtel de Région le collectif anti zad, qui représente les riverains de Notre Dame des Landes. Tous les jours, ces habitants pacifiques sont victimes de la violence des zadistes qui font régner la loi de la jungle. Le désordre et la peur règnent en maîtres dans ce qui est devenu un territoire perdu de la République.

C’est pourquoi je m’associe pleinement à la colère de toutes les victimes des zadistes, et la Région va relayer et amplifier cette exaspération. J’annoncerai dans les jours qui viennent des mesures fortes que va prendre la Région pour dénoncer cette situation intolérable et faire pression sur l’Etat. Et j’espère bien être rejoint par tous les élus attachés à l’autorité de la République. Que ceux qui proclament sans cesse leur attachement à la non violence commencent par dénoncer la violence des zadistes !

Pour ma part, Je n’accepterai pas que la région des Pays de la Loire reste la vitrine de l’impuissance publique. Je vais me battre pour le retour de l’ordre autour de Notre Dame des Landes, en faisant de l’évacuation de Notre Dame des Landes une grande cause régionale.

Car Notre Dame des Landes dépasse de très loin l’enjeu d’un aéroport. Ce qui est en jeu à Notre Dame des Landes, c’est l’autorité de l’Etat et les infrastructures dont nos entreprises ont besoin pour créer des emplois. Si François Hollande veut démontrer aux Français qu’il est capable de faire reculer le chômage et l’insécurité, qu’il montre d’abord de quoi il est capable sur le dossier de Notre Dame des Landes.

Bruno RETAILLEAU

Président du Conseil régional des Pays de la Loire

Photo Ouest-France