Réforme constitutionnelle : Le Sénat n’est pas la variable d’ajustement des petits arrangements au PS.

12722474_10154023931878252_1941508105_o

Le Sénat a voté ce soir un projet de la loi de réforme constitutionnelle conforme au projet présenté par le Président de la République à Versailles le 16 novembre 2015.
Lors des débats au Sénat la gauche est apparue, comme à l’Assemblée nationale, divisée et incapable de se rassembler derrière le Président de la République. Son vote contre la réécriture sénatoriale lui a offert une éphémère unité de façade.
Le Premier ministre comptait sur le Sénat pour sortir la gauche de ses contradictions. Il a tenté d’enfermer le Sénat dans la caricature. La manœuvre était grossière mais le Sénat n’est pas la variable d’ajustement des petits arrangements au PS. Le Premier ministre s’est trompé de combat. La modification de la Constitution ne peut se résumer à un combat et un compromis au sein de la gauche. La majorité sénatoriale n’est pas comptable des divisions à l’Assemblée nationale qui ont conduit à rejeter l’engagement du Président de la République.

Le Sénat après un débat de haute tenue a voté favorablement à l’inscription dans la Constitution de l’état d’urgence et de la déchéance de nationalité sans création d’apatride.
La majorité sénatoriale a fait la démonstration de son unité.

Bruno Retailleau